Située à mi-chemin entre Wroclaw et Opole, la ville de Brzeg est l’une des plus belles et des plus anciennes villes de la région de Silésie. La première mention écrite faisant référence à la ville date de 1234 et parle d’un village de pêcheurs, Wissoke Brzegh, situé à l’emplacement actuel de Brzeg. Au Moyen Âge, les axes routiers et fluviaux se croisant à cet endroit et reliant les principaux centres de la Silésie aux pays limitrophes ont contribué à la naissance de la ville. Le droit urbain d’Europe de l’Ouest donné à la cité entre 1246 et 1248, puis confirmé en 1250 a permis de définir la localisation de la ville de Brzeg. Le document de localisation émis par le Duc de Wroclaw, Henri III, déterminait l’emplacement exact de la ville. Cet emplacement est encore parfaitement visible aujourd’hui lorsque l’on visite la vieille ville.

A la fin du XIIIème et au début du XIVème siècle, des ordres religieux se sont installés à Brzeg (dont les franciscains, les dominicains, les antonins, l’Ordre de Malte. Ces ordres ont érigé en ville leurs églises et leurs couvents. En 1311, après la scission du Duché de Wroclaw (en trois duchés : le duché de Wroclaw, celui de Legnica et de celui de Brzeg), Brzeg est devenue le siège du plus petit des trois.

La période de la plus grande splendeur de la ville est intimement liée au règne de la lignée des Piast -première dynastie royale de Pologne- dans le duché de Legnica et de Brzeg. Le fils du Duc de Wroclaw Henri V, Boleslav III, a été le premier à réunir le Duché de Brzeg et de celui de Legnica, en se nommant, en 1312 Grand Duc de Legnica et de Brzeg. Les deux duchés furent par la suite à maintes reprises scindés puis à nouveau réunis. En 1329, Boleslav III est devenu vassal tchèque et en 1342 il a fait de Brzeg sa résidence principale. Dans la seconde moitié du XIVème siècle le Duc Louis Ier a été le plus grand mécène de la ville pour l’architecture et la culture. C’est à lui que l’on doit l’agrandissement du château ducal. Il a également offert à la Collégiale de Sainte Edwige une collection de livres impressionnante. La Légende de Ste Edwige à enluminure (appelé le Codex de Lubin) était l’ouvrage le plus précieux de la collection. Ludwik Ier a également contribué à financer la transformation de l’église St. Nicolas. Après l’incendie de 1380, l’hôtel de ville a également été remanié. En 1390, Ludwik Ier a été le premier dans les annales du pays à effectuer des fouilles archéologiques à l’emplacement des anciennes fortifications de la châtellenie de Ryczyn, aux environs de Brzeg. Dans les années 1428-1432, Brzeg a été détruite par les hussites. La ville a également été touchée par de nombreuses catastrophes naturelles. Par exemple, en 1443, les voûtes de l’église St Nicolas se sont effondrées suite à un tremblement de terre.

Lors de sa période d’extension territoriale maximale, le Duché de Brzeg a englobé les communes de Lubin, Chojnów, Oława, Kluczbork, Byczyna, Wołczyn ainsi que Niemcza et Strzelin (après 1427). A compter de la seconde moitié du XVème siècle, le territoire du duché a progressivement diminué. Dans la seconde moitié du XVème siècle, la ville a également connu une période de crise économique.

Au XVIème siècle, sous le règne de Jerzy Ier, la ville de Brzeg retrouve son rang de capitale du Duché de Legnica et Brzeg. Ses successeurs, Fryderyk II et Jerzy II contribueront à l’essor de l’architecture et de la culture de la ville. Le Duc Frédéric institue le luthéranisme dans l’ensemble du duché. Sous son règne, les franciscains et les dominicains quittent la ville. Sur l’initiative de Frédéric II, le château commence à être remodelé dans un style renaissance. Le duc décide également de modifier les enceintes de la ville, par peur de l’invasion ottomane. Lors des travaux de construction des fortifications, la plus ancienne église connue citée dans les annales, l’Eglise Najświętszej Marii Panny (Ste Marie) est détruite. En 1545 l’église et le couvent des dominicains sont détruits à leur tour. Jerzy II poursuit les travaux de construction. So œuvre la plus spectaculaire est sans doute le remaniement du château dans le style renaissance. Des architectes italiens ont travaillé à cette reconstruction. Après l’incendie de 1569, ces mêmes architectes ont transformé de façon importante l’hôtel de ville. Le duc était un mécène amateur de culture et de science. C’est lui qui a fondé le Gymnasium Illustre Bregense, appelé plus tard Collège des Piast. Après 1582, l’église de l’ordre des franciscains a été transformée en arsenal. Au XVIème siècle, Brzeg était un centre commercial dynamique. C’est ici que se déroulait la célèbre foire aux bovins, venus des confins Est de la Pologne. A la foire, on les vendait aux marchands venus de toute l’Allemagne. Lors de la guerre des Trente ans, grâce aux fortifications agrandies au XVIème siècle, Brzeg les armées suédoises assiégeant la ville ont été incapables de la prendre. La guerre a toutefois eu des effets néfastes sur le Duché et la ville de Brzeg. En 1675, Jerzy IV Wilhelm décède : c’est le dernier héritier mâle de la lignée des Piast. La ville et le duché sont alors intégrés à la Monarchie des Habsbourg. Le règne des Habsbourg apporte une tentative de retour au catholicisme. Pour remplacer les ordres chassés au XVIème siècle, on fait venir à Brzeg jésuites et capucins, qui, à leur tour, construisent à Brzeg leurs couvents et leurs églises.

En 1741, Brzeg connaît des dégâts importants. La ville est partiellement détruite suite au siège de l’armée du roi Prusse, Frédéric II le Grand. Un an plus tard, Brzeg passe sous le joug Prusse, de même que l’ensemble de la Silésie. Brzeg devient une ville de district, avec sa garnison militaire. En 1748, la première écluse fluviale jamais construite sur l’Oder est ouverte à Brzeg. Les fortifications sont également agrandies. Lorsque la ville sera occupée par l’armée de Napoléon, en 1807, ces fortifications seront rasées. A leur place on créera des promenades et des parcs. Dès 1842 les premiers trains arrivent à Brzeg. Pendant la première moitié du XIXème siècle le rôle de Brzeg diminue et la ville se transforme en centre municipal local. Cette situation se maintient jusqu’aux années 70 du XIXème siècle. La fin du XIXème et le début du XXème siècle, marquent une période d’extension de la ville. A partir de 1907, Brzeg ne fait plus partie du district et obtient un meilleur statut: celui de ville indépendante.

Dans les années 20 du XXème siècle la situation économique de la ville s’aggrave, ne s’améliorant que lorsque la garnison militaire s’y réinstalle qu’un aéroport militaire est construit, en 1916. C’est lors de la Seconde guerre Mondiale que la ville de Brzeg subit le plus de dommages, tout en étant annexée par un pays voisin. Lors de la reconstruction de la ville  l’industrie se développe, en particulier dans le secteur alimentaire et celui de la production de machines électriques. De nouveaux quartiers apparaissent dans la partie sud de la ville. Jusqu’en 1950 la ville de Brzeg fait partie de la voïvodie de Wroclaw. Suite à une réforme administrative, elle est inclue dans la voïvodie d’Opole. Lors de la célébration du millénaire du Baptême de la Pologne ont lieu ce qu’on a appelé « les incidents de Brzeg » : en mai 1966 la Milice Nationale fait évacuer les religieux de la Maison de la Paroisse, située sur la place Zamkowy, et ce malgré les protestations des habitants. Suite à ces protestations, les habitants ont droit à des représailles de la part des services de la sécurité nationale.

Suite à la réforme administrative de 1975, le district de Brzeg est supprimé. En 1997 la partie nord de la ville souffre des inondations qui touchent le sud de la Pologne. Depuis 1999, Brzeg est à nouveau le siège du district.